Pédagogie nature aventure - Garderie Nature
21875
page-template-default,page,page-id-21875,page-child,parent-pageid-21854,qode-social-login-1.0.2,qode-restaurant-1.0,woocommerce-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-4.6,wpb-js-composer js-comp-ver-5.5.5,vc_responsive

Pédagogie nature

axée sur le jeu libre, actif et créatif en forêt

Prenant son origine dans les pays scandinaves, la pédagogie nature est axée sur le contact quotidien avec la forêt. Les enfants passent la majorité de leurs journées à explorer, grimper, courir, jouer, chanter, lire et bricoler en pleine nature. Au Danemark, le programme nature fait même partie cursus scolaire des enfants d’âge préscolaire de moins de 7 ans. Des garderies et écoles pleine nature sont déjà implantées partout dans le monde dont au Danemark, en Suède, en Angleterre, en Allemagne, aux États-Unis, au Japon, en Australie et en Nouvelle-Zélande. Seulement en Allemagne, nous retrouvons plus de 1500 garderies pleine nature nommées Waldkindergarten.

 

Les effets bénéfiques de la nature sur la santé physique, psychologique et émotionnelle des enfants sont tellement évidents, qu’aujourd’hui on retrouve des nombreuses recherches scientifiques et programmes gouvernementaux mettant en évidence la nécessité de laisser jouer les enfants librement en nature afin de contrer les effets du déficit nature.

 

Garderie Nature est une installation pionnière au Québec et souhaite devenir une référence pour les autres milieux de garde afin que le plus d’enfants possible puissent bénéficier des bienfaits de ce retour à l’essentiel.

 

Cette approche est davantage expérientielle, invitant les enfants à bouger davantage, à utiliser leur créativité en étant curieux de leur environnement, à évoluer à leur rythme en découvrant leurs talents. En étant toujours dans la même forêt, celle-ci devient rapidement ‘’leur forêt’’; les enfants développent alors le plaisir de la voir évoluer au cours des saisons. En les laissant analyser les risques mineurs qui les entourent, ils apprennent naturellement à connaître leurs capacités motrices et développent ainsi une bonne capacité de jugement et une confiance en eux, des qualités essentielles pour le reste de leurs vies.

Les notions de jeu libre et de prise de risque sain sont au cœur de notre pédagogie et doivent être bien compris par les familles afin de permettre une réelle compréhension des bienfaits de l’approche proposée.

Le jeu libre, actif et créatif

Le jeu libre, actif et créatif permet aux enfants de jouer physiquement et sans paramètres structurés laissant ainsi émerger la créativité, l’autonomie et le leadership chez ceux-ci. L’éducatrice du groupe est présente, non pas pour diriger, mais plutôt pour observer, jouer avec eux ou stimuler l’apprentissage lorsqu’un intérêt émerge.

Sachant que les enfants sont en pleine acquisition de leurs habitudes de vie entre 3 et 5 ans, le temps passé en milieu de garde est extrêmement important dans leur développement.

Il est donc bon de savoir qu’en jouant à l’extérieur les enfants développent davantage leur contrôle musculaire, leur posture, leur équilibre, leur motricité globale et surtout qu’ils sont actifs plus longtemps et d’une plus grande intensité. Une amusante façon de s’attaquer aux problématiques qui découlent de la sédentarité! Être actif physiquement est également bénéfique pour la santé psychologique, le bien-être et pour la réduction du stress en plus d’aider au développement des capacités cognitives. Les enfants ayants passé la journée à jouer dehors sont plus calmes et dorment bien le soir venu.

 

Dehors les enfants apprennent, par exemple, à identifier les traces d’animaux dans la neige, de compter le nombre de mésanges par terre, à faire une partie de hockey avec des bâtons et une boule de neige, à gravir une colline, à écrire leur nom dans la boue, à grimper sur une souche d’arbre, à ressentir le vent sur leurs joues, à briser une branche morte en apprenant le concept de fraction ou à simplement courir dans les grands espaces pour rire et avoir du plaisir. Les éducatrices organisent aussi quelques petites activités plus dirigées comme un moment de lecture, l’animation de contes, une initiation à la musique, une séance de médiation ou une chanson éducative.

QUE DIT LA SCIENCE?
- Les problèmes de santé chez l'enfant liés aux mauvaises habitudes de vie sont bien documentés et représentent une véritable épidémie en Amérique du Nord. Il est donc impératif de trouver une solution qui, à long terme, modifiera leurs habitudes de vie (McCurdy et al., 2010)
- Entre 3 et 5 ans, les enfants sont en pleine acquisition de leurs habitudes de vie et le milieu de garde est un milieu incontournable pour la mise en place de saines habitudes de vie (Gagné & Hamois, 2013)
- Les enfants d’âge préscolaire (3 à 4 ans) devraient faire au minimum 180 minutes d’activité physique par jour, peu importe l'intensité. (Société Canadienne Physiologie de l'Exercice, 2012).
- L'environnement extérieur serait le contexte le plus efficace pour atteindre les recommandations minimales requises sur le plan de l'activité physique (Tremblay, Boudreau Larivière,& Cin1on-Lambert, 2012).
- Le milieu extérieur procure un environnement riche et que c'est à l'extérieur que le jeu libre et la motricité globale chez les jeunes enfants sont le plus favorisés. Quand un enfant joue dehors, il a l'opportunité de prendre des décisions et de résoudre des problèmes, car le milieu extérieur est plus variable et moins structuré que les espaces intérieurs (Burdette & Whitaker, 2005).
- En date de 2013, les enfants en CPE au Québec font en moyenne 13 minutes par jour (2%) d’activité physique modérée à vigoureux (période dans les locaux, dans les salles de motricité et à l’extérieur) (Gagné & Hamois, 2013)
-Wells et Evans (2003) ont constaté que les enfants qui grandissaient à proximité de la nature avaient des niveaux de stress psychologique significativement plus faibles et une estime de soi plus élevée dans le monde, développant ainsi une « barrière» (c’est-à-dire la résilience) au stress de la vie contrairement à leurs pairs vivant en ville. Cette constatation est pertinente pour le changement sociétal et mondial actuel vers une vie urbanisée et confirme le besoin accru de temps passé en nature (Nations Unies, 2014).

La prise de risques sains

En apprenant, à identifier les risques potentiels et juger eux-mêmes de leur capacité à réaliser un défi, les enfants prennent confiance en eux et développent leur capacité de jugement et d’analyse. Ils seront ainsi mieux outillés pour faire face aux défis de la vie, savoir reconnaître leurs limites et savoir quand demander de l’aide. Nous invitons donc les parents à voir autrement la notion de risque en gardant en tête que les plus grands dangers sont ceux liés à la sédentarité. Les avantages et bienfaits du jeu actif sur la santé à long terme des enfants l’emportent sur les risques de blessures mineures. Il n’y a d’ailleurs pas plus d’accidents majeurs reliées au jeu extérieur. – (Participaction)

 

Notre vision

Lors des sorties extérieures, Garderie Nature accepte un certain niveau de risques afin de permettre aux enfants de vivre des aventures qui contribueront à leur développement global, leur confiance en eux, leur capacité à prendre des décisions et leur épanouissement personnel. Pour ce faire, notre culture organisationnelle se doit de faire la distinction entre un danger et un risque afin d’adopter une vision éclairée de la gestion des risques en tant que ‘’bonne mère de famille’’.

 

Plan de gestion des risques complet

Bien que Garderie Nature ait une tolérance aux risques plus élevée qu’une garderie traditionnelle, nous prenons la gestion des risques très au sérieux. En partenariat avec le directeur du LERPA de l’UQAC, un plan professionnel de la gestion des risques a été réalisé afin que nous puissions assurer un milieu de vie ayant un niveau de risque connu et acceptable pour les enfants. Rien n’est laissé au hasard. Le personnel est également formé à la gestion proactive des risques par l’UQAC et un comité de supervision des risques impliquants parents, éducatrices et professionnels est actif tout au long de l’année

« nous surprotégeons nos enfants pour assurer leur sécurité, mais le fait de les garder à proximité et à l’intérieur peut les amener à être moins résilients et plus susceptibles de développer des maladies chroniques à long terme ». Ce que de nombreux parents se souviennent de leur enfance comme un jeu actif palpitant et excitant est parfois considéré comme risqué ces jours-ci. Les enfants ont besoin de la liberté d'être actifs et d'explorer leurs limites physiques. - Conseil des médecins hygiénistes en chef

QUE DIT LA SCIENCE?
- On définit le jeu risqué comme tout type d’activité libre, souvent associé au milieu extérieur (hauteur, vitesse, bagarre, risque de se perdre, etc.). Aucune étude ne semble avoir rapporté des effets négatifs du jeu extérieur. On remarque plutôt des effets positifs avec une diminution de la tendance à la sédentarité et une augmentation du niveau d'activité physique d'intensité modérée à vigoureuse, et une amélioration des habiletés sociales (Tremblay et al., 2015).

- La prise de risques sains lors de la petite enfance aide également à réduire les chances de développer de futurs troubles anxieux (Hudson 2017).

- La préoccupation spécifique à la sécurité aurait un effet négatif sur la préparation de l'enfant à la vie future et à l'école (Waters & Begley, 2007).

- Au Canada, les enfants ont huit fois plus de risques de décéder en étant passager dans une voiture qu’en se faisant heurter par un véhicule lorsqu’ils sont à pied ou à vélo. Les probabilités d’enlèvement par un adulte mal intentionné sont par ailleurs de 1 sur 14 millions (Participaction)